Cinéscopie

21 mars, 2014

The Grand Budapest Hotel

Classé sous Non classé,Sorties cine — Migas @ 10:42

The Grand Budapest Hotel ****
est le dernier film de Wes Anderson.

the-grand-budapest-hotel-wes-anderson-bande-annonce-twentieth-century-fox-ralph-fiennes-jude-law-bill-murray

 

Pour résumer ce que j’en pense, exercice parfaitement impossible, je dirais qu’il s’agit des aventures de Tintin au pays de Guy Maddin ! Nous avons à faire à des personnages étranges mais simples dans leur comportement, sans aucune psychologie. Et puis il y a les gentils et les franchement méchants.
Mais quand on y regarde de plus près, le film d’Andersen est une sorte de mélo loufoque avec des marionnettes qui vivent ou ont vécu des situations dramatiques.
Après avoir vu « The Grand Budapest Hotel », on sort de la salle émerveillé tant le spectacle auquel on a assisté est riche en émotions, intelligent et  magnifique par son esthétique. Ce qui fascine en premier dans les films de Wes Anderson, et dans celui-ci tout particulièrement, c’est la composition des images qui apparente le réalisateur à un collectionneur méticuleux, ordonné, maniaque à l’extrême !
Wes Anderson est le roi de la symétrie et de l’ordonnancement des personnages et des choses à l’intérieur de l’image. On a envie de dire : « Chaque chose a sa place et pas une autre ! ».

Dans la médiocrité de la production cinématographique ambiante, Wes Anderson pourrait presque nous faire croire que le cinéma n’est pas mort !

Merci cher « Maître » !

 

The Grand Budapest Hotel

28 avril, 2012

La Colère des Titans

Classé sous Sorties cine — Migas @ 19:54
FILM 3D : LA COLERE DES  TITANS
par Serge Lebel 

Il y a eu « Le choc des  titans » maintenant, c’est « La colère des titans » en 3D aussi.  C’est sorti  en mars (dieu de la guerre chez les Latins,  mais aussi de la végétation et  donc des navets…) . Videmment, tous ces mecs titaniques ne rêvent que de  naufrages et de bagarres homériques à se faire voir chez les Grecs. Sont  toujours koler, fâchés. Ont bobo kekpart…

Pendant 90 minutes, les dieux, les  titans font de la vie un enfer, un Hadès-Pluton infernal. Ils sont venus, ils  sont tous là, même ceux du sud de litanie, nom de Zeus ! Héphaïstos-Vulcain le  forgeron des éclairs et de l’épée de Zeus,  les Cyclopes,  etc.  Manquent plus que Rastapopoulos, Tintinus et Milounius et le capitaine  Paddockos… Et ça s’entretue, ça saigne, ça gicle… Ce qui est étonnant, c’est  que les mômes devant moi restent impavides. Sont habitués aux « games ». Alors que  moi, qui ai fait l’Algérie, comme un con je suis choqué !
Le relief, ça va, les  décors et les effets spéciaux : admirables ! Mais l’histoire ! Y en a pas ! On  n’y comprend rieng ! « Pourquoi qu’vous vous cognez, les mecs ? » « Ben, on sait  pas !… »  Nous non plus ! Pourtant, il y a du dialogue : pompeux,  filandreux. Quand on porte la chlamyde, faut croire qu’il faut causer comme  à  l’Odéon, il y a 100 ans, à la manière de Mounet-Sully-Ballandar. On est  hiératique, déclamatoire, Jupiter tonnant… C’est fatigant. Pagnol, c’est  beaucoup plus intéréssant. Ou Guitry. Ou Audiard !… La caméra est  épileptico-hystérique ! Et ça gesticule, ça branle parce que c’est tenu à  l’épaule, ça décadre. Claude Lelouch aurait fait mieux sans se prendre la tête.

 

La 3D, cela s’installe, ça prend son pied. Il faut laisser le temps aux gens de  s’installer aussi dans la trivision. C’est un effort pour le cerveau! Et pour  les yeux des mômes qui ont un écart inter-oculaire inférieur à celui des adultes  (65mm d’entraxe) c’est générateur de migraines et de nausées et là, je donne  raison aux contempteurs de la 3D… Quant cessera-t-on de prendre le matos 3D  pour un olisbos ? Dieu, que les dieux sont ennuyeux au cinéma !

 

 

Que l’on se  souvienne du sérieux et du mordant de « Ulysse » tourné en 1954 par Mario  Camerini, avec K. Douglas, Quinn et le brave Daniel Ivernel. L’histoire tirée  d’Homère tient debout. Le poète itinérant se devait d’être cohérent avec son  public de rue qui l’aurait lapidé s’il avait déliré et extravagué avec le sacré.  Alors, les contes épiques d’Homère tenaient la distance, d’ici à Ithaque  (« L’Odyssée », 8éme siècle av. J.C.!).
Je n’aime pas les conversions, qui donnent  de la 3D un peu riquiqui (C’est la cas des « Titans »). Mais à tout prendre,  3Déisons le film de Camerini, qui a été tourné « comme pour » et qui apprendra aux  CM2 autre chose que les massacres en série mis à la mode par Hollywood pour des  Polyphèmes du bulbe !
Equipe du film : Warner et Thunder Road Films;  réalisateur Jonathan Liebesman; décors  de Charles Wood; musique de Xavier  Navarotte. Principaux acteurs : Sam Worthington, Ralph  Fiennes…


La Colère des Titans dans Sorties cine 762946-l-affiche-de-la-colere-des-titans-637x0-3

28 octobre, 2011

Tintin

Classé sous Non classé,Sorties cine — Migas @ 21:25

Les Aventures de Tintin
Le Secret de la Licorne

Dans la rubrique : encore un film que je n’ai pas vu et que je n’irai pas voir (et tant pis si je me trompe) :
Tintin et Le Secret de la Licorme de Steven Spielberg.
Il y a peu, on a voulu faire interdire « Tintin au Congo » pour cause de vision raciste de l’Afrique
et voilà qu’aujourd’hui, les Américains transforment les personnages d’Hergé en poupées gonflables.
Décidément, Tintin est bien maltraité ces temps-ci.

Mon jugement n’est construit qu’à partir de la vision de la bande annonce, de quelques extraits et de photographies.

tintinlesecretdelalicornepouroctobre201101.jpg

tintinspielberg17.jpg

lesaventuresdetintinlesecretdelalicornedestevenspielberg10546514dtrlk.jpg

Ce qui me saute aux yeux, c’est la laideur extrême des personnages. Je ne sais à qui revient la palme, mais Milou est, dans le genre, très « réussi ». Les corps semblent gonflés, les visages liftés et l’effet obtenu est une caricature grossière des personnages dessinés. La technique utilisée s’avère incapable de rendre la fraîcheur, la limpidité, la merveilleuse simplicité des dessins d’Hergé.

Tintin et ses amis sont interprétés par des comédiens qui jouent sans décors. Les images sont reprises sur l’ordinateur et peaufinées à l’extrême. Il n’y a pas une once d’humanité dans le résultat.

Les aventures de Tintin n’ont jamais été très bien adaptées à l’écran.
Tintin et le mystère de la toison d’or (André Barret, 1960) et Tintin et les oranges bleues (Philippe Condroyer, 1964) ne furent pas des réussites bien que l’interprétation de Jean-Pierre Talbot ne fut pas dénuée d’intérêt.

tintinetlemysteredeii04g.jpg

tintin.png


La version de 1947 par Claude Misonne, avec des marionnettes avait un certain charme.

tintin5.jpg


Mais le seul hommage vraiment réussi au héros de bande dessinée fut, à mon avis L’Homme de Rio de Philippe de Broca (1964) avec Jean-Paul Belmondo. Tout y est : l’aventure, la fraîcheur, l’innocence…
Il ne s’agit pas d’une adaptation de Tintin mais d’une inspiration. Les personnages ont le même charme et la même subtilité dénuée de psychologie réaliste.

hommederio19635.jpg

Quand on a l’excellent, pourquoi chercher l’impossible. La perfection était déjà atteinte, par Hergé lui-même.

M. Gasqui

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha