Cinéscopie

  • Accueil
  • > Recherche : projectionniste film

25 avril, 2013

La Lanterne magique

Classé sous Informations — Migas @ 15:23

Conférence du Conservatoire des techniques
Cinémathèque française
51 rue de Bercy Paris 12e
Vendredi 17 mai, 14h30

Projections et colportages, la lanterne magique au XVIIIe siècle
par Roger Gonin

Il y a quelques années, Roger Gonin découvrait en Auvergne un objet d’une rareté exceptionnelle : une lanterne magique de colporteur, avec dix plaques de verre peintes à la main. Cet appareil fragile, en bois et fer-blanc, à l’aspect modeste, est l’un des très rares témoins du métier de projectionniste ambulant. Certaines des plaques conservées, simples ou à système, peintes avec grande minutie, représentent des images de propagande pour Napoléon Bonaparte pendant le Consulat. D’autres résistent à une identification précise. Menant une véritable enquête policière, Roger Gonin est parti à la recherche des origines de cette machine. Comment se déroulait une séance de projection avec cet appareil ? Comment comprendre cette iconographie ? Qui était le colporteur de cette lanterne magique ? Tels seront les thèmes abordés à partir de cette lanterne magique émouvante, qui garde encore bien des secrets.

Roger Gonin est administrateur général au Festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand depuis 1980 (Responsable pour la sélection internationale de la vidéothèque du Marché du film). Collectionneur, il est membre de la Magic Lantern Society et a conçu deux expositions sur la lanterne magique en 1998 au Musée des Beaux-Arts de Roger Quillot (Clermont-Ferrand) et en 2001 à la Bibliothèque Universitaire des Cézeaux.

La Lanterne magique dans Informations image003

Photographie : lanterne de colporteur, collection Roger Gonin en dépôt à la Cinémathèque française, photographie Roger Gonin

Plein tarif 4 € / tarif réduit 3 €/ Forfait Atout Prix et Carte CinEtudiant 2.5 € / Libre Pass Accès libre

9 novembre, 2011

Cinéma et vidéo 6

Classé sous Polemique — Migas @ 11:11

Pourquoi ?

Pourquoi cette « invasion » numérique ?
La qualité des images est-elle supérieure ?
En général, elle est inférieure et dans le meilleur des cas, elle est égale. De toute manière, le 35 mm a atteint un niveau de qualité optimal (difficile voire inutile de chercher mieux !).
L’évolution des choses l’impose ?
Oui mais pourquoi ?
On a beau se creuser, pas de réponse ou si, une seule : rentabiliser le cinoche, faire des bénéfices, élargir le marché et cela au détriment d’une profession et en supprimant des emplois à court, moyen et long terme!

Si un des résultats du « tout numérique » est prévisible c’est bien le licenciement progressif des projectionnistes, la fermeture des laboratoires de développement et de tirage et d’autres réjouissances du même genre. De même la mort des petites salles indépendantes qui ne pourront s’équiper en numérique et qui n’auront plus la possibilité de passer des copies 35 mm des films récents ou bien très tard (les tirages de copies en 35 seront très limités et il faudra être patient pour en obtenir).

Bref, cette « révolution » s’annonce fort passionnante et il ne nous reste plus qu’à attendre que les salles soient toutes transformées en temples du pop-corn entièrement automatisés!

M.G.

P.S. : Les Cahiers du cinéma viennent de consacrer un numéro sur le sujet « Adieu 35, la révolution numérique est terminée » et tentent de définir plus ou moins scientifiquement les particularités de l’image numérique (preuve qu’elles sont différentes des images argentiques). Rien de bien convaincant mais nous y reviendrons.

21 août, 2009

Inglorious Basterds

Classé sous Sorties cine — Migas @ 21:56

INGLORIOUS BASTERDS **

Personne d’autre que Tarantino n’aurait pu réaliser ce film. Prendre autant de libertés avec l’histoire de la seconde guerre mondiale, il faut le voir ! Un juif américain qui s’excuse en Italien en traversant une rangée d’un cinéma français bourré de nazis, il faut y croire ! Et ce n’est qu’un détail. L’assassinat de la clique de la totalité des dirigeants hitlériens, dont le chef lui-même, on pourrait se croire dans un film de Mel Brooks.
C’est là que notre réalisateur « chéri », Quentin Tarantino, est génial : il a décidé de faire un film de genre, du genre « film de guerre situé pendant la seconde guerre mondiale », pour s’amuser et il réussit à nous amuser avec du « n’importe quoi » et à nous y faire croire, le temps du spectacle. Le spectacle est complet. On y rit, on y pleure, on y est effrayé, écœuré par certaines scènes très violentes.Bref, ça marche, avec des héros qui sont peu recommandables et des méchants comme on n’en fait plus. Les gentils se réduisent au couple formé par la fugitive juive et le projectionniste noir.C’est bien un film de cinéphile (plutôt de cinéphage) pour cinéphiles ou cinéphages.
Du cinéma « mal poli » que je recommande vivement.
M.G.
Vu au Forum de Laon

 Brad Pitt, Christoph Walz, Diane Kruger, Eli Roth, Mélanie Laurent, Quentin Tarantino dans Inglourious Basterds (Affiche)

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha