Cinéscopie

25 avril, 2014

FESTIVAL

Classé sous Informations — Migas @ 9:38

Le prochain
FESTIVAL TOURNE-MONTE
de Strasbourg
se déroulera les 9 et 10 mai 2014

Affiche FTM 2014

Aux cinémas STAR et STAR St-EX

le-cinema-star-est-un-petit-cinema-independant-mai-14277-600-600-F

 

cinema-star-saint-excupery-strasbourg

 

www.festivalsuper8.com

 

 

 

21 février, 2014

6ème Edition du Festival 8-9,5-16

Classé sous Informations — Migas @ 13:00

 fest 89516 2014 DEF

 

VENDREDI 28 MARS 2014
au CECAS/ESPACE DES ARTS
des PAVILLONS-SOUS-BOIS (93)

 

Vous pouvez télécharger le règlement
et la fiche d’inscription
ainsi que l’affiche et l’accès à la salle.
C’est ici :

 

fichier pdf Règlement 2014
fichier pdf Fiche d’inscription 2014
fichier pdf Affiche Fest. 2014
fichier pdf Accès à l’EDA

 

 

Déroulement prévu du Festival 2014 :

 

La sixième édition de notre Festival 8-9,5-16 se déroulera

le vendredi 28 mars 2014.

 

De 17H00 à 20H00, les gens qui le souhaitent pourront projeter des films de famille qu’ils n’ont plus l’occasion de voir faute de matériel pour les visionner.
Puis, à 20H30, nous passerons la « sélection officielle » jusqu’à …

 

La grande majorité des films seront projetés dans leurs formats d’origine. Nous y tenons pour plusieurs raisons :
1. La qualité de l’image est meilleure.
2. C’est notre principale originalité, en tant que festival.
3. Alors que nous assistons, impuissant à la disparition du cinéma argentique, c’est faire acte, non de résistance car la cause est perdue, mais de « désobéissance », si je puis dire !
4. Nous sommes amoureux du cinéma argentique, de la pellicule et du matériel qui l’accompagne.
Nous ferons cependant quelques exceptions en projetant quelques films en numérique, car nous ne pourrons faire autrement, pour voir des travaux ou des oeuvres particulièrement intéressants.
Mais cela restera exceptionnel.

 

A très bientôt Michel Gasqui

 

Pour découvrir la liste des films sélectionnés,
cliquer ici : http://cecascinescopie.unblog.fr/2014/01/29/au-programme-2/

 

 

Renseignements et inscriptions (Information and registration) :

Séverine Houy  – Tél : 01.41.55.12.80 espacedesarts@wanadoo.f
Michel
Gasqui – Tél : 03.23.53.25.81 michel.gasqui@orange.fr

FESTIVAL 8-9,5-16
Espace des arts : 144 avenue Jean Jaurès, 93320 Les Pavillons-sous-Bois, France.

Cinéscopie et Cinémathèque du Cinéma Amateur : 3 rue du Pot d’Etain, 02200 Soissons, France.
http://cecascinescopie.unblog.fr/

 

 

 

6 novembre, 2012

Frankenweenie

Classé sous animation,Sorties cine — Migas @ 20:01

FRANKENWEENIE ***

Le retour de Tim Burton !
Après ses deux derniers films, très décevants, on attendait un « Tim Burton » digne du cinéaste. L’attente ne fut pas trop longue. « Frankenweenie » marque le grand retour du génial réalisateur du non moins génial  »Edward Scissorhands ».
« Frankenweenie » est une parfaite réussite : un film d’animation d’épouvante non dénué d’humour ni de tendresse. Les images en noir et blanc sont très belles, les marionnettes expressives, la musique parfaite et le scénario « tient la route ». On pouvait craindre le passage du court au long métrage mais là encore, c’est réussi.
Nous sommes dans l’hommage à un genre, à des films et à des réalisateurs mais plus qu’un simple hommage, « Frankenweenie » est un film du même genre. Burton connaît les codes. Il les applique avec talent et s’amuse avec les citations. Les références s’adressent aux bienheureux cinéphiles et se rapportent aux films phares du cinéma fantastique (Frankenstein, Dracula, Godzilla, Les Gremlins, etc.)  aussi bien qu’aux siens.
On prend un très grand plaisir à voir ce film d’animation qui n’est pas du tout un film pour enfants. Mais les enfants peuvent quand même le voir, à partir de sept ans, ils apprécieront !

M.G.

 Frankenweenie : affiche

 

 

 

 

12 mai, 2012

Dark Shadows

Classé sous Sorties cine — Migas @ 10:52

DARK SHADOWS de Tim Burton

Dark Shadows est encore un film raté de Tim Burton.
Il semble baclé tant le scénario est bourré d’incohérences, les personnages sont stéréotypés et sans profondeur, le jeu des acteurs insipide et les décors sans surprises.
Hommage aux films de genre (comme la plupart des oeuvres de Burton), Dark Shadows n’arrive jamais à se situer entre le film comique, le film d’horreur et la comédie musicale et cela devient ennuyeux à la longue. Le mélange des genres fut totalement réussi et même brillant dans Edward aux mains d’argent mais là, ça ne prend pas. On sourit, un peu seulement (car les gags et trouvailles visuelles sont prévisibles et jamais exploités à fond) mais on ne rit jamais et on se lasse vite des déboires amoureux des personnages car ils nous indiffèrent. Johny Deep est inexpressif ou du moins affiche des caricatures d’émotions qui ressemblent à des tics.

Et le film est bavard ! On a parfois l’impression d’être dans du théâtre filmé. Quant à la fin du film, celle de tous les règlements de compte, celle où se déploient les « forces du mal », on l’a déjà vue mille fois ailleurs.

Décevant, Tim Burton, ces temps-ci ! Mais attendons le prochain. Ce sera meilleur, à coup sûr.

M.G.

 

P.S. : Il faut ajouter que j’ai vu ce film au cinéma Le Clovis de Soissons, en numérique, comme il se doit. Nous avons du demander au marchand de pop-corn de baisser le son tellement il nous assourdissait. Et il fut présenté dans une VF lamentable.

Dark Shadows dans Sorties cine article_dark_shadows_affiche

 

28 avril, 2012

La Colère des Titans

Classé sous Sorties cine — Migas @ 19:54
FILM 3D : LA COLERE DES  TITANS
par Serge Lebel 

Il y a eu « Le choc des  titans » maintenant, c’est « La colère des titans » en 3D aussi.  C’est sorti  en mars (dieu de la guerre chez les Latins,  mais aussi de la végétation et  donc des navets…) . Videmment, tous ces mecs titaniques ne rêvent que de  naufrages et de bagarres homériques à se faire voir chez les Grecs. Sont  toujours koler, fâchés. Ont bobo kekpart…

Pendant 90 minutes, les dieux, les  titans font de la vie un enfer, un Hadès-Pluton infernal. Ils sont venus, ils  sont tous là, même ceux du sud de litanie, nom de Zeus ! Héphaïstos-Vulcain le  forgeron des éclairs et de l’épée de Zeus,  les Cyclopes,  etc.  Manquent plus que Rastapopoulos, Tintinus et Milounius et le capitaine  Paddockos… Et ça s’entretue, ça saigne, ça gicle… Ce qui est étonnant, c’est  que les mômes devant moi restent impavides. Sont habitués aux « games ». Alors que  moi, qui ai fait l’Algérie, comme un con je suis choqué !
Le relief, ça va, les  décors et les effets spéciaux : admirables ! Mais l’histoire ! Y en a pas ! On  n’y comprend rieng ! « Pourquoi qu’vous vous cognez, les mecs ? » « Ben, on sait  pas !… »  Nous non plus ! Pourtant, il y a du dialogue : pompeux,  filandreux. Quand on porte la chlamyde, faut croire qu’il faut causer comme  à  l’Odéon, il y a 100 ans, à la manière de Mounet-Sully-Ballandar. On est  hiératique, déclamatoire, Jupiter tonnant… C’est fatigant. Pagnol, c’est  beaucoup plus intéréssant. Ou Guitry. Ou Audiard !… La caméra est  épileptico-hystérique ! Et ça gesticule, ça branle parce que c’est tenu à  l’épaule, ça décadre. Claude Lelouch aurait fait mieux sans se prendre la tête.

 

La 3D, cela s’installe, ça prend son pied. Il faut laisser le temps aux gens de  s’installer aussi dans la trivision. C’est un effort pour le cerveau! Et pour  les yeux des mômes qui ont un écart inter-oculaire inférieur à celui des adultes  (65mm d’entraxe) c’est générateur de migraines et de nausées et là, je donne  raison aux contempteurs de la 3D… Quant cessera-t-on de prendre le matos 3D  pour un olisbos ? Dieu, que les dieux sont ennuyeux au cinéma !

 

 

Que l’on se  souvienne du sérieux et du mordant de « Ulysse » tourné en 1954 par Mario  Camerini, avec K. Douglas, Quinn et le brave Daniel Ivernel. L’histoire tirée  d’Homère tient debout. Le poète itinérant se devait d’être cohérent avec son  public de rue qui l’aurait lapidé s’il avait déliré et extravagué avec le sacré.  Alors, les contes épiques d’Homère tenaient la distance, d’ici à Ithaque  (« L’Odyssée », 8éme siècle av. J.C.!).
Je n’aime pas les conversions, qui donnent  de la 3D un peu riquiqui (C’est la cas des « Titans »). Mais à tout prendre,  3Déisons le film de Camerini, qui a été tourné « comme pour » et qui apprendra aux  CM2 autre chose que les massacres en série mis à la mode par Hollywood pour des  Polyphèmes du bulbe !
Equipe du film : Warner et Thunder Road Films;  réalisateur Jonathan Liebesman; décors  de Charles Wood; musique de Xavier  Navarotte. Principaux acteurs : Sam Worthington, Ralph  Fiennes…


La Colère des Titans dans Sorties cine 762946-l-affiche-de-la-colere-des-titans-637x0-3

5 décembre, 2011

Le Vilain petit canard

Classé sous animation,Sorties cine — Migas @ 10:35

LE VILAIN PETIT CANARD **
poster.jpg
L’affiche russe est plus belle que l’affiche française.

Un film d’animation de personnages en pâte à modeler.
Le premier long métrage de Garri Bardine est une merveilleuse opérette sur le thème du conte d’Andersen où les paroles des chansons et les dialogues sont sublimés par la musique de Tchaïkovski (Le Lac des cygnes). Le conte n’était pas assez long pour donner matière à la réalisation d’un film d’une heure trente et Garri Bardine a réussi, ingénieusement, à étoffer l’histoire pour construire un scénario qui se tienne. Ainsi, les épreuves rencontrées par notre jeune volatile rejeté sont autant d’étapes qui vont enrichir le final, très émouvant.
Les personnages particulièrement expressifs (parfois avec une légère marque de couteau ou de spatule sur la pâte à modeler) sont parfaitement réussis ainsi que les décors, les lumières, les images.

Ce film est un chef-d’oeuvre du cinéma d’animation.

M.G.
Vu au Majestic Bastille.
Attention ! Voilà encore une salle qui « n’annonce pas la couleur », c’est-à-dire celle du numérique. Le caissier lui-même fut incapable de me préciser comment était projeté le film. C’est tout à fait inacceptable de la part d’un cinéma qui se réclame d’un réseau de qualité comme l’Acid. La projection numérique dénature les merveilleuses images du film et, à 9 euros la place, on peut considérer qu’il s’agit d’une attitude méprisante pour les spectateurs et les créateurs.
Une salle à éviter.

levilainpetitcanard201122770696916276.jpg

Extrait de l’entretien accordé par Garri Bardine à ALLOCINE.COM : 

Que pensez-vous de la 3D relief? Etes-vous tenté de réaliser un film en 3D relief?

G.B. : J’ai vu et aimé Là-haut, par exemple. Je comprends parfaitement les possibilités qu’offre l’ordinateur pour l’animation. Mais pour moi, ce n’est pas tant la forme qui m’intéresse, mais plutôt comment transcrire une idée pour le cinéma. Il y a des réalisateurs qui m’expliquent que, avec la 3D, on peut faire des panoramas comme ci, des profondeurs de champs comme ça. Mais ça ne signifie pas qu’il y ait une profondeur d’idée. C’est souvent vide. Ce que je sais en tout cas, c’est qu’on n’a pas encore fait le tour des possibilités de faire du cinéma. Par exemple, j’ai vu à Paris le film The Artist. Je suis sorti convaincu qu’un film en noir et blanc, sans parole, nous avait davantage transporté, ému, qu’un film en 3D. La question est de savoir comment on va raconter une histoire. Celle des moyens employés est moins importante. Je préfère le travail artisanal. Pour l’anecdote, nous avons fait des projections avec des enfants et l’un d’eux a dit : « on n’a pas l’habitude de voir des films comme ça, mais ça nous a beaucoup plu ! » Vis-à-vis des enfants, il faut vaincre la force de l’habitude.

Propos recueillis par Brigitte Baronnet à Paris, le 21 octobre 2011. Traduction assurée par Monique Gailhard.
http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18608294.html

26 juillet, 2011

Balada Triste

Classé sous Sorties cine — Migas @ 14:53

BALADA TRISTE **

Alex de la Iglesia nous ballade du sublime au grotesque, de l’amour fou à l’horreur avec la désinvolture d’un Luis Buñuel et il est vrai qu’à la sortie de séance, on ne sait plus si on a adoré ou détesté son film.
Rien de surréaliste dans cette histoire si ce n’est l’amour fou qui guide les deux personnages masculins. C’est lui qui, justement, conduit les deux protagonistes a commettre des actes extrêmes.
On pense parfois au fantôme de l’opéra ou aux dessins de Goya.
C’est violent, c’est exagéré, c’est exacerbé mais le réalisateur a donné beaucoup de lui-même.
Finalement, j’ai adoré.

M.G.
Vu en 35 mm à l’Epée de bois (100 rue Mouffetard Paris Vème)

Balada Triste dans Sorties cine balada-triste-trompeta-affiches-L-A_x3Oz

28 octobre, 2010

The Social network

Classé sous Soirees cine — Migas @ 9:59

THE SOCIAL NETWORK * Certes il s’agit d’une sorte de satire. Les personnages sont inspirés des véritables acteurs des événements. Le film est très bien fait par un réalisateur qui devient confirmé (on est tout de même loin du chef-d’oeuvre annoncé)…
Mais ce Mark Zuckerberg nous ennuie profondément ainsi que les marionnettes qui gravitent autour de lui et il aurait fallu beaucoup de méchanceté et de l’originalité pour nous intéresser à ce grand néant qu’est Facebook.
L’affiche est belle (surtout l’affiche française).

Vu au Clovis, à Soissons

M.G. 

The Social Network

26 septembre, 2009

District 9

Classé sous Sorties cine — Migas @ 12:10

DISTRICT 9**

Un grand film de science-fiction !
Le thème de la concentration des aliens (arrivés malades, diminués, « paumés », sur la planète Terre) nous rappelle évidemment l’immigration massive actuelle des populations des pays les plus pauvres.
Dans District 9 les aliens sombrent dans les traffics les plus glauques et la délinquance règne sur le camp de concentration.
Tous les personnages sont détestables à l’exception de l’Alien qui tente de rejoindre le vaisseau et de son fils.
Les thèmes secondaires sont nombreux pour un scénario basique mais bien ficelé. L’intégration dans l’image, des aliens, aux côtés des humains est une réussite complète : on s’y croirait !
I s’agit, à mon avis, d’un film important.

Michel
Vu au Forum de Laon.

District 9 (Affiche)

30 août, 2009

Numero 9

Classé sous animation,Sorties cine — Migas @ 21:39

NUMERO 9**

Un film sombre, très impressionnant qui appartient à l’univers de Tim Burton. Une athmosphère apocalyptique digne des films de science fiction, voire d’horreur où il est question de survie alors que tout a été détruit, ou presque. L’originalité, ici, est que les survivants ne sont pas des humains mais des sortes de poupées de chiffon bizaroïdes. Tous les ingrédients des films fantastiques, de l’angoisse à l’horreur en passant par la tension et le suspens ont été exploités. On reconnait là, le goût de Tim Burton pour la série B américaine.

Les décors sont fabuleux. Le travail sur les textures (on est dans la 3D numérique) est remarquable. Par contre les mouvements des personnages, comme dans tous les films réalisés de cette manière sont trop fluides et manquent d’imperfections. Par ailleurs les personnages humains sont toujours caricaturaux mais au mauvais sens du terme. l’animation sur ordinateur apporte indubitablement des améliorations sinon des spécificités intéressantes mais montre très rapidement ses limites. L’animation traditionnelle apporte une poésie et un charme inégalable. Les deux techniques ont leurs avantages. Continuons à les employer, toutes les deux.

Le film est signé Shane Acker et la musique, magnifique est naturellement de Danny Elfmann.

Vu au Forum de Laon
M.G.

 Shane Acker dans Numéro 9 (Affiche)

Image de prévisualisation YouTube

12

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha