Cinéscopie

12 octobre, 2008

La Pagode

Classé sous Salles de cinema — Migas @ 16:11

A PROPOS DE LA PAGODE

Salle de cinéma parisienne (VIIème)

 Image de prévisualisation YouTube

La Pagode : 57 Bis, Rue Babylone, 75007 Paris
09 62 23 05 33

Vicky Cristina Barcelona

Classé sous Sorties cine — Migas @ 16:00

VICKY CRISTINA BARCELONA **

Le « dernier Woody Allen », à l’égal des précédents ? Hilarant ? Drôle ? Emouvant ?
Difficile d’être toujours au sommet de son art !
Alors ? Ce flm espagnol, pardon catalan ! Que vaut-il ?

Bien !
Oui je vous le dis : bien !
Tout y est beau : les images, les décors et les acteurs surtout.
De merveilleux acteurs dirigés par un maître dans des rôles complexes, drôles et émouvants.
Trois portraits de femmes comme aurait peut-être pu les peindre François Truffaut, vous savez, l’homme qui aimait les femmes.
A voir !

  Image de prévisualisation YouTube

 Vicky Cristina Barcelona dans Sorties cine paris_131

Film vu à la Pagode (7ème arrondissement de Paris), ce qui ne gache rien !
MG

29 juin, 2008

Gondry + Radiohead

Classé sous Cinema dans la musique — Migas @ 10:15

 GONDRY + RADIOHEAD

La rencontre entre Michel Gondry et Radiohead a donné ce petit bijou (dommage que l’image soit si mauvaise).

  Image de prévisualisation YouTube

Radiohead interprète « Knives out » de l’album « Amnesiac » (2001)

28 juin, 2008

REC

Classé sous Sorties cine — Migas @ 21:25

REC **
Un film espagnol de Jaume Balaguero et Paco Plaza

Un film d’horreur, c’est pour faire peur ! Et celui-ci est réussi ! au cours du film, nous passons d’une situation banale, au début, à une situation extrême pour terminer dans l’horreur et le glauque. Film interdit aux moins de 12 ans !? Je l’aurais, pour ma part, pas autorisé aux mineurs.

Image de prévisualisation YouTube

Je ne suis pas un adepte de la caméra portée et il faut bien reconnaître que ce film donne pour le moins « mal au coeur » avec ses continuels brusqueries dans les prises de vues. Cependant le procédé ajoute de la crédibilité à la situation. Nous sommes avec ces gens et ne pouvons prendre de distance avec les événements qui se déroulent devant nos yeux, en temps réel.

18914006.jpg

 L’histoire de ce film s’insère dans un modèle classique : quelques personnages enfermés dans un lieu clos, menacés de mort par des monstres indestructibles. Nous sommes dans la lignée des films de morts-vivants. La manière de filmer et de placer les spectateurs en liaison directe avec les événements s’apparente au « Projet Blair Witch », réalisé en 16 mm en 1999.

L’originalité, la force sinon la puissance du film réside dans l’impact des images sur notre regard, dans la force d’une proposition fantastique mais terriblement vraisemblable à nos yeux, sur le moment. La violence est très grande et les images ne cachent rien mais les mouvements désordonnés de la caméra permettent une certaine suggestion dans les événements qui ajoutent au mystère, à la montée de la tension et de la peur.

Une belle réussite pour public averti !

Michel

 

NARNIA

Classé sous Sorties cine — Migas @ 20:40

Le Monde de Narnia :

chapitre 2 – Prince Caspian *

Il s’agit d’une sorte de conte initiatique mais bien trop peaufiné pour qu’il soit merveilleux. Les décors sont jolis (on pense parfois à « Lord of the rings » mais aussi à « La Belle au bois dormant » des studios Disney) et le chateau de carton pâte est grandiose. Certaines scènes ne manquent pas de panache. D’autres sont bien trop bavardes. Des trucages sont fort bien bien réussis mais les centaures sont quelque peu laids et ridicules. Les animaux réalisés en images de synthèse sont déplacés. Le « méchant » a beaucoup de présence et rappelle un peu l’acteur espagnol Javier Bardem. Les gentils sont bien jeunes et bien gentils. Tout cela se laisse regarder et on s’ennuie peu sur 2h30 de projection mais de l’ensemble, il ne reste après coup, qu’un arrière goût de chamallow.

Michel

 chapitre 2 - Prince Caspian - Sergio Castellitto

Un film Réalisé par Andrew Adamson

22 juin, 2008

Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal

Classé sous Sorties cine — Migas @ 22:53

INDIANA JONES *

Ne boudons pas notre plaisir.

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal - Cate Blanchett, Harrison Ford et Andrew Divoff

A la question : Est-ce que c’est le meilleur de la série ? La réponse est : non, bien sûr.
A la question : Y-a-t-il de l’aventure ? La réponse est oui : de l’action, de l’humour, du suspens.
Le scénario tient la route, même si l’histoire, fantaisiste, est tout à fait farfelue.
Les images sont belles, les décors somptueux, les couleurs chaudes très agréables. Harrison Ford ne cache pas son âge, même si ses acrobaties auraient du le tuer mille fois, dans le film.
La méchante, pas gentille du tout, a un charme particulier auquel notre héros est totalement insensible.
Steven Spielberg s’est amusé, George Lucas aussi et les acteurs…
Alors ne boudons pas notre plaisir et amusons-nous !

Michel

15 juin, 2008

KOMANEKO

Classé sous animation,Sorties cine — Migas @ 22:53

KOMANEKO ***
Film d’animation japonais, réalisé par Goda Tsuneo en 2006.

Il ne s’agit pas vraiment d’une sortie ciné puisque le film n’a pas encore trouvé son distributeur français.

Image de prévisualisation YouTube

Komaneko est une petite chatte inventive qui s’amuse, entre autres, à faire des films de marionnettes, avec ses poupées ! Ses aventures sont réunies dans cinq épisodes.

KOMANEKO dans animation komaneko_picnic

Ce film d’animation a été présenté au cinéma Le Trianon de Romainville, dans le cadre du Festival des classes images. J’ai été totalement séduit, avec les spectateurs du Trianon et l’équipe du cinéma,  au complet, par ce p’tit bout de pellicule bourré d’émotion. Beaucoup de tendresse, de douceur et de finesse dans un film d’animation destiné en premier lieu aux tous jeunes.
Les poupées animées, en peluche, sont délicates et simples. Les films les mettent en scène sous deux formes : en trois dimensions et en deux, façon bas-relief. L’animation peut nous rappeler la série des « Chapi chapo ». Les histoires n’en sont pas vraiment, elles sont surtout des mises en scène de situations cocasses et pleines de fraicheur. Il y a là de l’humour, de l’émotion et, mine de rien, l’introdution vers mille thèmes passionnants : le cinéma amateur (référence au format super 8 mm), les machines et mécaniques « rétro » et attrayantes (machine à écrire, avions téléguidés), les valeurs comme l’amitié, la tolérance, la générosité…
les petits riens de la vie quotidienne des enfants, les émotions, les sentiments…

Je dirai, pour finir, que l’esthétique, « ouatée », sans être mièvre est très subtile, dans les coloris, la composition de l’image et les détails des décors et que la partition musicale est riche, entre la chansonnette et le rock, en passant par le blues et le jazz.

Un très joli spectacle cinématographique pour les tous petits, les plus grands et même les plus vieux.

Michel

 

 


6 juin, 2008

MARADONA PAR KUSTURICA

Classé sous Sorties cine — Migas @ 9:29

MARADONA PAR KUSTURICA
Un film d’Emir Kusturica

J’ai vu, sur Internet, un entretien avec Kusturica et Maradona et à la suite, la bande annonce du film. J’ai de suite pensé à un grand film, résultat d’une rencontre étonnante. Je suis allé le voir et je n’ai découvert qu’un mauvais documentaire.

Maradona By Kusturica - Emir Kusturica et Diego Maradona

Le film est construit sur un malentendu, celui de croire ou de faire croire que Diego Maradona est autre chose qu’un merveilleux footballeur.
Le talent du sportif, C’était déjà pas mal, pour les amateurs de foot, ça leur suffisait. Mais  ceux qui ne suivent pas ce sport attendaient autre chose. Ce que la bande annonce laissait supposer, c’est que Maradona était un aventurier, voire un guerillero ayant mené une vie trépidante, dangereuse et engagée. Les entretiens avec le footballeur détruisent cette image. Il reste un sportif, de haut niveau, remarquable footballeur, ignare en politique (il ne suffit pas d’être anti Busch ni de serrer la main à Fidel Castro pour être révolutionnaire), incapable d’énoncer une quelconque idée intéressante, grossier avec son épouse (voire violent !?), ayant sombré dans la toxicomanie un certain temps, bref, un personnage ennuyeux. Le film qui devait lui être consacré aurait du « glorifier » son art et se limiter à cela.
Par ailleurs la technique vidéo, en caméra portée, est pénible pour les yeux : images laides sans arrêt en mouvement. Les animations qui ponctuent les séquences « entretiens » ou « actualités », dans un style « Harakiri », ne sont pas convainquantes car elles constituent un interlude trop systématique.

Un ratage d’Emir Kusturica (qui demeure tout de même un de mes cinéastes préférés)

Michel

11 avril, 2008

La Dernière séance

Classé sous Salles de cinema — Migas @ 19:24

La Dernière séance
Une émission télévisée de Gérard Jourd’hui présentée par Eddy Mitchell, diffusée sur FR3 du 19 janvier 1982 à 1998.
Dans le clip vidéo qui suit, la façade du cinéma est celle du Palace de Beaumont-sur-Oise et l’intérieur est celui du Trianon de Romainville.

Image de prévisualisation YouTube

letrianon001.jpg

800pxpalacecinc3a9mabeaumont.jpg

La programmation : http://www.mitchell-city.com/menuseance/menuderniereseance.htm

La chanson :
Paroles: Claude Moine. Musique: Pierre Papadiamondis   1977
© Eddy Mitchell

Image de prévisualisation YouTube

La lumièr’ revient déjà
Et le film est terminé
Je réveille mon voisin
Il dort comme un nouveau-né
Je relèv’ mon strapontin
J’ai une envie de bailler
C’était la dernièr’ séquence
C’était la dernière séance
Et le rideau sur l’écran est tombé

La photo sur le mot fin
Peut fair’ sourire ou pleurer
Mais je connais le destin
D’un cinéma de quartier
Il finira en garage
En building supermarché
Il n’a plus aucune chance
C’était sa dernière séance
Et le rideau sur l’écran est tombé

{Refrain1:}
Bye Bye les héros que j’aimais
L’entr’ acte es terminé
Bye Bye rendez-vous à jamais
Mes chocolats glacés, glacés

J’allais rue des solitaires
A l’école de mon quartier
A cinq heures j’étais sorti
Mon père venait me chercher
On voyait Gary Cooper
Qui défendait l’opprimé
C’était vraiment bien l’enfance
Mais c’est la dernière séquence
Et le rideau sur l’écran est tombé

{Refrain2:}
Bye bye les fill’s qui tremblaient
Pour les jeunes premiers
Bye bye Rendez-vous à jamais
Mes chocolats glacés, glacés.

La lumière s’éteint déjà
La salle est vide à pleurer
Mon voisin détend ses bras
Il s’en va boire un café
Un vieux pleure dans un coin
Son cinéma est ferm,
C’était sa dernière séquence
C’était sa dernière séance
Et le rideau sur l’écran est tombé

9 avril, 2008

Le Roi et l’Oiseau

Classé sous animation,Reprises cine — Migas @ 22:43

LE ROI ET L’OISEAU ****
De Paul Grimault

18362985w434hq80.jpg18818774w434hq801.jpg

Le dessin animé de Paul Grimault est un chef-d’oeuvre. D’autres s’en sont déjà aperçus. Je l’ai vu récemment dans une copie neuve restaurée, grâce au dispositif « Ecole et cinéma ». De nombreux enfants ont ainsi pu, eux aussi bénéficier de ce privilège.

Le Roi et l’Oiseau est une pure merveille, un bijou. Tout, dans ce film, est remarquable : la musique magnifique de Wojciech Kilar, les dessins superbes  et inégalés de Grimault, les dialogues brillants de Jacques Prévert etc.

L’animation, dont on parle rarement dans les films d’animation (justement) est extraordinaire. Très éloignée de celle des studios Disney, sa fluidité nous ramène vers la chorégraphie. Il s’agit là d’une spécificité de l’artiste.

Les voix qui doublent les personnages sont formidables et nous retrouvons avec un immense plaisir  Raymond Bussière, Hubert Deschamps, Roger Blin, Claude Piéplu et les autres…

Avec ce dessin animé, nous sommes dans la lignée des films dits « réalistes poétiques » de la « bande » à Prévert. S’il y a bien une particularité, une richesse incroyable du cinéma français, c’est dans cette école qui loin de se cantonner au septième art, représente tout simplement un des plus importants mouvements de la culture française.

Voir « Le Roi et l’oiseau » dans une copie 35 mm restaurée, sur grand écran, est aujourd’hui un plaisir inégalable.

1...2021222324...27

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha