Cinéscopie

1 février, 2009

Radiohead encore et toujours !

Classé sous Cinema dans la musique,Non classé — Migas @ 22:17

« There there » de Radiohead
Un morceau tiré de l’album Hail to the Thief (2003)

Le clip a été réalisé par Chris Hopewell.

Image de prévisualisation YouTube

26 janvier, 2009

Symphonie magique

Classé sous animation,Reprises cine — Migas @ 20:26

CINEMA 93 nous a proposé un programme signé :

JOHN HALASavec 6 courts métrages d’animations produits par John Halas.
Sur ces 6 films, il y a trois perles rares :

Snip an Snap, Top Dogs (6 mn, 1960)
L’histoire d’un jeune chien qui va découvrir les plaisirs d’un concours de beauté canine. Des personnages découpés dans du papier plié pour simuler le volume (rappel de l’origami japonais(e?)) ont animés dans des décors réels. Les images sont en noir & blanc et de toute beauté. Un bijou d’animation de volume.

Symphony Orchestra (8 mn, 1964)
Musiques classiques interprétées par des musiciens qui effectuent des démonstrations/gags liés à leurs différents instruments. De l’humour à l’anglaise dans un décor stylisé manière « 60″. Jouissif !


Butterfly Ball (4 mn, 1974)
Fabuleux dessin animé psychédélique. Les images et les couleurs sont merveilleuses ! On est dans l’esprit des Beatles mais à leurs côtés ! Un « grand pied » !


 photo383bis.jpg

Les 6 films de la Symphonie magique sont issus de la collection de films Halas and Batchelor. La société Halas and Batchelor Cartoons Films fut créée en Angleterre en 1940 et produisit environ 2000 films en 50 ans : documentaires, séries TV, expérimental, courts métrages d’animation…
En 1954, Animal Farm, adapté du livre de GeorgeOrwell, est le premier long métrage réalisé par le studio. La collaboration entre John Halas et Joy Batchelor permit l’éclosion de nombreux artistes de l’animation. (Cinéma 93)

16 janvier, 2009

Le Cinéma « Les Variétés »

Classé sous Salles de cinema — Migas @ 21:03

Le Cinéma « Les Variétés » à Waremme, en Belgique

Cliquez sur ce lien puis sur « Au quotidien » et ensuite sur l’émission du 15 janvier.
http://mediaserver.rtbf.be/sites/rtbf-media/themes/rtbfmedia/iPlayer/MediaPlayer.php?openFunction=getProgramsByChannel&openValue=1613

sanstitre.bmp

Nos amis des Variétés organisent le dimanche 15 février 2009, de 9h00 à 16h00,
la 10ème édition de la BOURSE DU CINEMA

Echanges, ventes et achats :
D’affiches, de photos, livres, revues, cartes postales, disques, cassettes vidéo, DVD, films, projecteurs, matériels divers (cinéma et vidéo)…
 

Renseignements – Infos – Réservations des tables : robertmawet@belgacom.net

www.lesvarietes.be

9 janvier, 2009

Merci Monsieur Newman

Classé sous Reprises cine — Migas @ 19:47

De l’influence des rayons gamma

sur le comportement des marguerites

USA, 1972

Réalisation : Paul Newman

Interprétation : Joanne Woodward , Nell Potts, Roberta Wallach, Judith Lowry

Paul Newman ne s’est pas contenté d’être un acteur extraordinaire et un homme magnifique.

Il fut aussi un grand réalisateur, sensible et fin.

Une mère et ses deux filles vivent ensemble une histoire à 3 depuis le départ du père.

La mère, Béatrice, interprétée magistralement par Joanne Woodward fait ce qu’elle peut pour rendre le quotidien acceptable.

Elle est quelques fois submergée par elle même et cette réalité si difficile.

Borderline, elle basculera.

Les filles,17 ans et 13 ans, font aussi ce qu’elles peuvent face à cette mère aimante mais différente, maladroite.

L’ainée, Ruth, en révolte, est envahie par « ses crises » et ses transformations.

La plus jeune, Mathilda, a trouvé dans les sciences une façon de sublimer ce mal être.

(« De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites », une expérience qu’elle mènera avec brio !)

Ces trois  actrices débordent  de vérité, d’émotion et de sentiments contraires.

Leur quotidien est décrit avec pudeur et bienveillance.

Les dialogues sont plein de philosophie et d’humanité.

.

Après moult épreuves, Mathilda, si lucide du haut de ses 13 ans, aura ces mots sublimes en guise de conclusion :

« Non maman, je ne suis pas d’accord : la vie n’est pas détestable. » 

Sylvie Stammler

18969141w434hq80.jpg

30 décembre, 2008

Lola Montes version restaurée

Classé sous Reprises cine — Migas @ 21:45

LOLA MONTES ****

Un film de Max Ophuls (1955) tourné en Cinémascope et enEastmancolor.
Avec Martine Carol, Peter Ustinov…

La nouvelle restauration de la Cinémathèque française et des Films du jeudi a été présentée en avant première mondiale au 61 ème festival de Cannes. Le film est projeté aujourd’hui dans plusieurs grande ville française en 35 mm ou en numérique.


J’ai choisi le 35 mm au Reflet Médicis, 3 rue Champollion dans le Vème arrondissement parisien.

img204801sp8bq.jpg

Ce film est une merveille, une histoire d’amour déchirante et un portrait de femme exceptionnelle, dans la lignée de Loulou. Certes, Martine Carol n’est pas Louise Brooks mais ele est formidable dans ce rôle de femme qui aura été autant aimée et incomprise, à l’instar de Loulou. Tous les hommes sont tombés à ses pieds avec l’égoîsme des enfants qui veulent tout et sont incapables de donner, de comprendre l’autre, pourtant aimé, mais mal aimé. Martine Carol me rappelle un peu l’Arletty des « Enfants du paradis » qui à la question de Pierre Brasseur « M’aimez-vous un peu ? » répond « Oh moi… j’aime tout le monde ». Peter Ustinov est lui aussi impressionnant dans ce personnage hors norme qui utilise Lola mais l’aime sincèrement. Il ne vit pas mais vend du rêve, de la vie scandaleuse, de la vie tout court à ceux qui n’y connaissent rien.

19001389w434hq80.jpg

Les images sont somptueuses, les couleurs extraordinaires et la musique romantique à souhait. Courrez voir ou revoir ce chef d’oeuvre de Max Ophuls.

18814129.jpg

20 décembre, 2008

Courts métrages

Classé sous Soirees cine — Migas @ 18:50

Soirée Courts métrages au cinéma Jacques Prévert
d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-denis) ***

Au programme : six courts métrages sélectionnés pour leur humour.

« Carlitopolis » de Louis Nieto qui mélange prises de vues réelles et images de synthèse, avec carlito, la souris et Nieto, le conférencier. Pour son humour absurde…

Image de prévisualisation YouTube

« La Baguette » de Philippe Pollet-Villard (2003) avec Richard Morgiève et Philippe Pollet-Villard.
Ce film très drôle, met en scène deux personnages singuliers qui pourraient être les héros d’une bande dessinée belge. Ce sont deux « loosers » ; ils le savent et l’admettent. C’est comme ça. Ils essaient de survivre de combines et menus larçins, sans haine ni méchanceté mais simplement parce qu’ils sont incapables de faire autre chose. Ils vivent dans un monde de petites gens un peu à la Prévert ou plutôt à la Romain Gary (Emile Ajar) de « La Vie devant soi ». C’est drôle, tendre et émouvant.

« Essais d’ouverture », tourné en 1988, est une tranche de la vie de Luc Moullet ou un documentaire sur la méthode qui permet d’ouvrir une bouteille de Coca Cola. Un regard de dérision sur la société de consommation.

essaidouverture1s.jpg

« Le Mozart des pickpockets » de Philippe Pollet-Villard (2006) avec Richard Morgiève et Philippe Pollet-Villard.
Nous retrouvons nos deux personnages de « La Baguette » dans un court métrage de trente minutes qui reçut le César du meilleur court métrage de fiction 2008 et le grand prix du Festival de Clermont-Ferrand 2007. C’est un petit chef d’oeuvre.

polletvillardmozartpickpockets1.jpg

100092722.jpg

« Surprise ! » (Film de 18 mn réalisé en 2006 par Fabrice Maruca) terminait la soirée, comme vaudeville burlesque ou la tentative de comprendre comment on a bien pu en arriver à la situation absurde du départ ! Hilarant.

imgaffiche811144.jpg

 

9 décembre, 2008

Une idée de cadeau pour les fêtes de fin d’année

Classé sous Informations — Migas @ 23:22

50 ans de caméras françaises

Un livre signé Patrice Hervé Pont et Jean Loup Princelle, édité aux editions « Le Rêve ».
Une documentation et une iconographie exceptionnelle. Cet ouvrage est une réalisation de passionnés et un document précieux, indispensable à toutes les bibliothèques des collectionneurs et autres passionnés de cinéma.


couvcamfra1.png

 

Cette édition A4 de 144 pages couleurs, illustrée de plus de 450 photo, dessins, tableaux et reproductions, présente à travers 300 modèles un demi siècle de caméras françaises amateurs. Cinquante ans de créativité nationale qui éblouissent encore les collectionneurs du monde entier. Classés par ordre alphabétique vous découvrirez les précurseurs et l’ensemble des productions françaises, de la Pathé Baby de 1923 aux dernières Beaulieu des années soixante-dix… Compilation unique décrivant cette merveilleuse épopée, «50 ans de Caméras Françaises» est le résultat de plus de vingt années de recherches, de collectes, de compilations d’informations et de documents par les deux auteurs mais aussi le fruit de l’aide précieuse apportée par de nombreux collaborateurs-collectionneurs. Edité à seulement 500 exemplaires, numérotés et dédicacés par les auteurs, «50 ans de Caméras Françaises» sera rapidement aussi un «collector»

Réservez vite cet ouvrage, et retrouvez à la rencontre des « Cinglés du Cinéma » ou bien encore, en envoyant un chèque de 76 (Prix du livre 69 +7 de port – expédié en collissimo sous emballage blindé) à l’éditeur : Mme Chantal Muller, «LE REVE EDITION», 35 rue du marais de Châtillon, 45390-ONDREVILLE sur Essonne.
(site internet : lereveedition.com).
 
                                                          

Chantal Muller                                                           

LE REVE EDITION 

22 novembre, 2008

La Vie moderne

Classé sous Sorties cine — Migas @ 20:40

LA VIE MODERNE ***

Film documentaire de Raymond Depardon

L’Etat de grâce !
Un film parfait : rien de trop, juste l’essentiel.
Un film humain : le regard d’un homme sur d’autres hommes, sans jugement, sans manipulation, sans complaisance.
Un film généreux : un infini respect pour les autres.
Un film beau : Raymond Depardon est un grand photographe.
Un film difficile et dérangeant : la « réalité » en face, à voir et à recevoir.
Un film « social et politique » : pour regarder les autres, essayer de comprendre et aller de l’avant.
Un film nostalgique : le merveilleux regard sur son passé et la vision d’une disparition, en cours…

  18404314.jpg

Merci Monsieur Depardon
M.G.

Image de prévisualisation YouTube

J’ai vu ce film au studio 28, merveilleux cinoche parisien.
 

img08.jpg

Appaloosa

Classé sous Sorties cine — Migas @ 19:42

APPALOOSA **

Film de Ed Harris, USA, 2007 avec Ed Harris, Viggo Mortensen, Renée Zellweger, Jérémie Irons Le Nouveau -Mexique.  L’Ouest sous la loi du plus fort. Une petite ville, Appaloosa, vit sous la terreur du très puissant et cynique Randall Bragg – Jérémie Irons. Virgil Cole – Ed Harris – et son adjoint Everett Hitch – Viggo Mortensen -  sont sollicités pour ramener la paix et la justice à Appaloosa. Ils utilisent des méthodes qui ont déjà fait leurs preuves. Arrive la femme, Allie French – Renée Zellweger – jolie veuve qui ne peut vivre sans homme et qui choisit toujours le plus fort.  Pas toujours le même : il n’y a qu’un étalon dans un groupe ! Un vrai western avec des vrais cowboys et une dame surprenante. Un film d’hommes, des beaux, des forts, sans peur et avec des émotions. Ed Harris touchant lorsqu’il est ému par une femme, drôle lorsqu’il tente d’enrichir son lexique. Viggo Mortensen, si rassurant, si calme, si présent, si… 

Jérémie Irons, effrayant .

Renée Zellweger, irrésistible dans ses contradictions, ses peurs .  De l’humour, de la dérision, des dialogues inattendus…  Un western pourtant.  Que du plaisir ! 

18982297w434hq80.jpg
 

Sylvie Stammler

31 octobre, 2008

HELLBOY II

Classé sous Sorties cine — Migas @ 18:26

HELLBOY II **

De Guillermo del Toro

« Hellboy II, c’est avant tout du délire à la Ray Harryhausen. » (G. del Toro)

Hellboy est, à mon avis, le meilleur film tiré des comics de « super héros ».Guillermo del Toro se plie au genre tout en y ajoutant son humour, sa vision de la guerre et son esthétisme. Ce film est beau !

Hellboy II continue sur la voie du premier mais enrichi de l’expérience fabuleuse du « Labyrinthe de Pan ». Le film est beau lui aussi : les décors, les images, les monstres et autres elfes…

Hellboy II quitte un peu le genre comics pour accéder à un fantastique plus évident. Le film d’autre part, pour le plaisir des cinéphiles, accumule les références ou allusions. J’ai particulièrement aimé le prologue avec la bataille qui met en scène des sortes de marionnettes. J’ai cru qu’elle était l’œuvre de Jiri Barta, l’auteur de « Krysar mais elle a été entièrement réalisée en images de synthèses. Cette scène nous rappelle celle de la bataille, au début du Dracula de Coppola ou celle qui introduit le Seigneur des Anneaux. De la même façon, le marché aux trolls nous replonge dans la Guerre des étoiles etc.

Hellboy II est un film passionnant pour les amateurs de cinéma fantastique pour les fans de comics et tous ceux qui se sentent l’âme d’un enfant.

Une réussite !

ronperlmanhellboy21280w.jpg

Un rôle en rouge pour l’acteur Ron Perlman (superbe !)

Vu au VOX de Strasbourg (M.G.)

1...1920212223...27

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha