Cinéscopie

26 avril, 2012

Le Praxinoscope

Classé sous Histoire — Migas @ 19:04

LE PRAXINOSCOPE

Émile Reynaud met au point le Praxinoscope en 1877 puis le Praxinoscope-théâtre en 1879, le Praxinoscope à projection en 1880 et le Théâtre optique en 1888 (dépot du brevet).

La synthèse du mouvement réalisée par Reynaud, avec son Praxinoscope, est différente de celle réalisée avec le Zootrope reposant sur la persistance optique. Elle relève d’une technique «à compensation» basée sur la fusion des images au centre optique d’un prisme à faces multiples. La vision gagnait en luminosité.

Rendez-vous sur le site des « Amis d’Émile Reynaud » : http://www.emilereynaud.fr/

 

Le Praxinoscope dans Histoire IMG_0889-300x234

Le Praxinoscope

 

Praxinoscope-Theatre-Emile-Raynaud-Paris-1879-286x300 dans Histoire

Le Praxinoscope théâtre

 

reynaud03-300x214

Projection avec le Théâtre optique

 

Animation Praxinoscope

Praxi-300x182

 

 

23 avril, 2012

Le Zootrope

Classé sous Histoire — Migas @ 19:01

LE ZOOTROPE
En 1834, l’Anglais W.G. Horner décrivit un nouvel instrument d’illusion d’optique, le Daedaleum. Il fut commercialisé sous le nom de zootrope (du grec ancien ζωή, zoevie ») et τρόπος, tropostourner »).
Il s’agit d’un tambour avec des fentes. En tournant, il  recompose un mouvement décomposé sur une bande en une douzaine d’images.

Le Zootrope dans Histoire ZOOTROPE-v

Zootrope

zootrope-300x183 dans Histoire

Zootrope sculpture

Zootrope-sculpture-300x183

help-300x293
Image
 ricochet

8 janvier, 2012

Gertie

Classé sous animation,Histoire — Migas @ 19:31

Parmi les pionniers du cinéma d’animation, il faut compter, en premier lieu, le papa de Little Nemo,
Winsor Z. McCay.
Voici son dessin animé « Gertie the dinosaur » réalisé en 1914.

Image de prévisualisation YouTube

Autour d’une cabine

Classé sous animation,Histoire — Migas @ 19:25

 

ÉMILE REYNAUD
est l’inventeur du dessin animé non cinématographique.
Après avoir inventé le Praxinoscope, il mit au point le « Théâtre optique » avec lequel il projeta ses dessins animés au Muée Grévin.

Autour d’une cabine :

Image de prévisualisation YouTube

Pour tout savoir sur Emile Reynaud, une seule adresse :
http://www.emilereynaud.fr/

Fantasmagorie

Classé sous animation,Histoire — Migas @ 13:41

Le dessin animé « Fantasmagorie » (1908)

d’ÉMILE COHL

est considéré comme le premier dessin animé de l’histoire du cinéma.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Deux livres importants sur ÉMILE COHL :

Fantasmagorie dans animation I-Grande-18009-emile-cohl-linventeur-du-dessin-anime_net-300x224

 

 

 

 

 

 

 

103A-300x218 dans Histoire

 

Ces deux ouvrages sont en vente chez : http://www.heeza.fr/tt

 

 

26 novembre, 2011

Le Phénakistiscope

Classé sous Histoire — Migas @ 19:27

LE PHÉNAKISTISCOPE

Le phénakistiscope (du grec phenax -akos, « trompeur », et skopein, « examiner ») est un jouet optique qui donne l’illusion du mouvement. Il a été inventé par le Belge Joseph Plateau en 1832.

Il comporte un disque en carton, percé de dix à douze fentes, sur lequel un mouvement est décomposé en une séquence d’images fixes, et un manche permettant son maintien pendant sa rotation. Pour percevoir le mouvement, le spectateur se place en face d’un miroir et positionne ses yeux au niveau des fentes du disque, du côté opposé aux dessins. Il fait ensuite tourner le carton. Les fentes servent d’obturateur en ne laissant apparaître l’image reflétée dans le miroir qu’un très court instant. L’œil ne voit donc que des images fixées par la persistance rétinienne, les unes après les autres, ce qui reconstitue le mouvement lorsque le disque tourne à une vitesse suffisante (Wikipédia).

600pxphenakistoscope3g07690a.gif

600pxphenakistoscope3g07690b.gif

A propos du Phénakistiscope :
Voici un court métrage réalisé par Pierre-Emmanuel Le Goff.

phna.jpg

proverbe poétique from pierre-emmanuel le goff on Vimeo.

Un film de Pierre-Emmanuel Le Goff avec Sarah Hamour et Sylvain Girves aka Girvolux

Lauréat saison 2 du concours Les PROverbes présidé par Yann Dedet

L’équipe:
- scénario/ réalisation: Pierre-Emmanuel Le Goff
- Cadre : Philippe Rougé
- Son : Piotr Moussette / Raphaël Acker / Jean-Daniel Bécache aka Jidibi
- Montage : Adam Carton de Wiart
- Tracking : Thomas Guillou
- Etalonnage : Cyrille Langevin

- extrait musical : Big Bill Broonzy – « Baby please don’t go » 1928 (libre de droit)

Merci à Stéphane de Lugamedia, Toumani de Kourtrajmé, Anna et Gaël de Lucy in the Sky, Thibault et son 5D, Cédric pour ses conseils

Synopsis:
Sarah passe voir Girvolux pour lui acheter un phénakistiscope qu’elle veut offrir à un homme lors de leur premier rendez-vous. Girvolux n’a pas le temps de lui montrer sa dernière invention mais, le coeur vaillant, décide de tout faire pour parvenir à la rattraper avant qu’il ne soit trop tard…

6 octobre, 2011

Le Thaumatrope

Classé sous Histoire,Non classé — Migas @ 18:07

LE THAUMATROPE

Le Thaumatrope (du grec thauma, prodige et tropion, tourner) fut (symboliquement) inventé par le Docteur John Ayrton Paris dans les années 1820/1825. Sa paternité est souvent attribuée au Docteur Fitton. Le mathématicien anglais Peter Ark Roget  l’aurait étudié auparavant et Le belge Joseph Plateau le décrit précisément en 1929.

Image de prévisualisation YouTube

Le principe du thaumatrope est le suivant : un disque cartonné (qui d’ailleurs peut aussi avoir une forme carrée) possède un dessin sur chacune de ses faces (les deux dessins sont inversés haut/bas ou gauche/droite). Lorsque le disque entre en mouvement rapide devant nos yeux, offrant ses deux faces l’une après l’autre, les deux dessins se supperposent pour ne plus en former qu’un seul. Ce phénomène, qui ne montre pas du mouvement mais une superposition, met en évidence le principe de persistance rétinienne (aujourd’hui très contesté mais non remplacé).

Image de prévisualisation YouTube

13 février, 2008

LA LANTERNE MAGIQUE

Classé sous Histoire — Migas @ 22:13

La Lanterne magique

Image de prévisualisation YouTube

  La lanterne magique est décrite par le Père jésuite Athanase Kircher (1601-1680) dans son « Ars Magna Lucis et Umbrae ». 
Le Père Athanase Kircher n’est pas l’inventeur de la Lanterne Magique. L’instrument décrit par Kircher permet d’isoler un foyer lumineux artificiel (une bougie puis plus tard, une ampoule électrique) dans un caisson pourvu d’une ouverture devant laquelle on plaçait une peinture sur verre et une lentille convergente. Les images peintes sur cette plaque étaient ainsi agrandies et projetées sur un écran. Kircher projette des images dessinées : le soleil – première image dessinée, « animée » par la flamme vacillante d’une bougie -, une tête de lion, les figures des martyrs, des images de la vie des saints. 

 Vers le milieu des années 1660, le mathématicien physicien danois Thomas Walgenstein fait le tour des cours d’Europe pour y donner des représentations de Lanterne Magique.  Celle-ci devient rapidement très populaire. Des bonimenteurs et des orgues de barbarie donnaient très fréquemment vie à ces spectacles Il ne faut pas oublier que, pendant plusieurs siècles, la Lanterne Magique fut l’instrument  des sorciers et des charlatans, leur permettant d’exploiter la crédulité des populations analphabètes en simulant l’apparition de monstres et de fantômes. 

13 novembre, 2007

Les premières Lumières

Classé sous Histoire — Migas @ 9:25

Léonard de Vinci

 

 cameraobs.gif

 En Italie, la Camera Obscur (la chambre noire) : Léonard de Vinci  (1452 – 1519) décrit le principe de la chambre obscure :

Lorsque les images des objets éclairés pénètrent par un petit trou dans une chambre très obscure, recevez ces images à l’intérieur de la chambre sur un papier blanc situé à quelque distance du trou ; vous verrez sur le papier tous les objets avec leurs propres formes et couleurs. Ils seront diminués de grandeur ; ils se présenteront dans une situation renversée et cela en vertu de l’intersection des rayons…

Léonard de Vinci reprend le dispositif d’Al Hazen mais précise que, là ou le précurseur se contentait d’intercepter le rayon lumineux, il suffit de tendre une feuille de papier suffisamment fine pour que l’on puisse en reporter fidèlement le tracé avec une mine.

 

 

16 octobre, 2007

AU COMMENCEMENT …

Classé sous Histoire — Migas @ 22:26

AU COMMENCEMENT ... dans Histoire


Il y eut Platon :
Platon décrit – dans « La République VII » – la condition humaine sous le rapport de la culture et de l’inculture. En même temps, il donne une description de ce qui deviendra la base du cinéma tel qu’on le conçoit aujourd’hui.

« Le Mythe de la caverne » 

… « Représente-toi des hommes, dit-il, qui vivent dans une sorte de demeure souterraine en forme de caverne, possédant, le long de la caverne, une entrée qui s’ouvre largement du côté du jour : à l’intérieur de cette demeure – des hommes – sont, depuis leur enfance, enchaînés par les jambes et par le cou, face au mur, en sorte qu’ils restent à la même place, ne voient que ce qui est en avant d’eux, incapables d’autre part, en raison de la chaîne qui tient leur tête, de la tourner circulairement. Quant à la lumière, elle leur vient du feu qui brûle en arrière d’eux, vers le haut et loin. Or, entre ce feu et les prisonniers, imagine la montée d’une route, en travers de laquelle il faut se représenter… Tout ce qui passe devant l’ouverture devient une transformation de la nature même. Leur réalité (pour les hommes enchaînés) est tout ce qui est projeté sur le mur où, parfois, des animaux de toutes sortes et des hommes passent en projetant leurs ombres sur la cloison en face des hommes enchaînés. »


 

 

12

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha