Cinéscopie

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2014

9 juillet, 2014

Sortie littéraire

Classé sous Informations — Migas @ 9:48

Vient de sortir, chez L’Harmattan,
Un excellent ouvrage de notre rédacteur Serge Lebel :

« MON CINÉMA EN CULOTTES COURTES »

(Mémoires d’un enfant-acteur, de la Libération aux sixties ».

 

Lebel

Présentation par l’auteur :

Image de prévisualisation YouTube

En vente ici :

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/lebel-serge/mon-cinema-en-culottes-courtes,62642440.aspx

2 juillet, 2014

Sortie DVD

Classé sous Informations — Migas @ 11:28

Potemkine, Agnès B et la Cinémathèque française
viennent de sortir un coffret DVD JEAN EPSTEIN

dvd-jean-epstein-potemkine-coffret-9-dvd1

3 films « Albatros » (1924-1925) : Le Lion des Mogols – Le Double amour et Les Aventures de Robert Maquaire

4 films de « La Première vague » (1926-1928) : Mauprat – La Chute de la maison Usher – La Glace à trois faces – Six et demi, onze

7 « Poèmes bretons » (1928-1948) : Finis terrae – Chanson d’Ar-mor – Les Berceaux – L’Or des mers – Mor-vran – Le Tempestaire – Les Feux de la mer

Le coffret complet : 99,90 €

En petits coffrets : 39,90 € (chaque coffret)

Boutique Potemkine : 30 rue Beaurepaire, 75010 Paris – Tél : 01.40.180.181
Librairie de la Cinémathèque française : 51 rue de Bercy, 75012 Paris – Tél : 01.71.19.34.05

 

1 juillet, 2014

Les Films de ma collection 7

Classé sous animation,Films de ma collection — Migas @ 15:14

LES FILMS DE MA COLLECTION :
Films d’animation

Carrousel Boréal de Ladislas Staréwitch

J‘ai acheté ce merveilleux petit film de Ladislas Staréwitch à Jean-Yves Fontaine. Autant dire que je me suis précipité pour l’avoir lorsque je l’ai vu passé sur EBay. Fait du hasard, j’avais assisté, peu de temps auparavant à un ciné-concert dans lequel ce même film était programmé. Peu convaincu par le travail des musiciens accompagnateurs[1], j’avais par contre été complètement séduit par la fraîcheur qui se dégageait de « Carrousel Boréal » et ses couleurs magnifiques. J’ai retrouvé le même plaisir en regardant ma copie 16mm aux couleurs impeccables. 

 

Car Bor 1

CARROUSEL BORÉAL
(Winter Carousel)
Film en couleur, 350 mètres (12 minutes), 1958

Le film a été produit par Alexandre Kamenka (les films ALKAM) qui signe la direction artistique.
Scénario, animation et marionnettes : Irène et Ladislas Staréwitch
Musique : Daniel White
Ingénieur du son : René Louge
Enregistrement : Studio Marignan
Laboratoire Eclair
Il s’agit du dernier film achevé de Ladsilas Staréwitch.

Scénario

C’est l’hiver dans un paysage de campagne enneigé avec un lac gelé à souhait pour s’adonner au patin à glace. Deux personnages, un ours brun et un lapin, espiègles, ne demandent qu’à s’amuser. Survient une jeune ourse sur son traineau tiré par trois lapins qui accepte bien volontiers de partager leurs jeux. La belle, chaussée de ses patins, perd intentionnellement son mouchoir. Un des compères le ramasse, fait mine de lui rendre mais le subtilise au dernier moment. Il s’ensuit une série de jeux, courses poursuites et autres glissades sur la glace. Bientôt, alors que l’on perçoit le début de la fonte des neiges, arrive le moment de la séparation. L’ourse blanche doit s’en retourner. Nos deux compères se retrouvent seuls et tristes mais l’hiver va laisser le place au printemps. Alors, le bonhomme de neige, curieux personnage, se transforme en un bonhomme de printemps, musicien, aux yeux en fleurs et qui ressemble vaguement à une cigale.

 Le Style Staréwitch

Le film possède un charme particulier propre aux œuvres de Staréwitch. Fraîcheur du sujet, espièglerie des personnages, réalisme dans les attitudes et les émotions, précision des mouvements constituent, entre autres caractéristiques, le style du cinéaste. A l’instar des réalisateurs de films d’animation les plus réputés, Staréwitch crée du mouvement, donne de la vie à des objets inanimés qui, grâce à lui, bougent, marchent, glissent, accomplissent des gestes originaux et merveilleux ; toutes choses qui caractérisent sa technique d’animation qu’il nomme « Plastique animée ». Dans le « Carrousel Boréal », les personnages sont des animaux en peluche mais l’animation de Staréwitch leur donne une dimension naturaliste. Les yeux, la finesse des doigts, la petite langue gourmande de l’ours brun ou de ses compagnons léchant la glace, par exemple, sont des éléments qui participent à donner de la vie aux marionnettes.

 Des techniques « délicieusement » artisanales

Les trucages tiennent de la « méthode Méliès » : fééries et tours de magie délicieux. Stanislas Staréwitych utilise l’effet kaléidoscope, les chromotropes[2] en fond pour le carrousel, le décor défilant derrière les personnages pour simuler un traveling latéral accompagnant les personnages, les fils transparents (cheveux d’Irène ?[3]) pour maintenir les personnages en apesanteur, les miroirs pour représenter le lac dégelé, des fils tremblotants sortant de la gueule du lapin pour signifier ses sifflements, les fondus enchaînés pour marquer le passage de l’hiver au printemps. La musique, un peu désuète, accompagne gentiment les images . La palette des couleurs est particulièrement riche. Dans la première partie, des tâches de couleurs vives (bleu, vert, rouge) appartenant aux vêtements des personnages virevoltent sur des décors enneigés colorés de couleurs tendres alliées au blanc (bleu, vert, rose). Ensuite, l’apparition du printemps laisse les couleurs s’emparer gaiement et sans mesure des décors et des accessoires.

ig - c4

Le carrousel tient une place centrale dans la construction de l’histoire et dans le temps réel du déroulement du film puisqu’il se situe au milieu. Il s’agit d’un sapin brillant de mille feux qui tourne en emportant nos amis dans une ronde endiablée. Le printemps engendre de nouveaux jeux, de nouvelles activités entreprises avec toujours autant de légèreté ! Les jouets en peluche qui incarnent les personnages principaux se voient, à plusieurs moments rejoints par des animaux plus familiers de Staréwitch tels deux mulots qui jouent aux dés, des oiseaux dans le nid, une cigale et une fourmi construisant une cabane de bois. Le film s’achève sur un rêve, un songe… L’ours brun voit la belle ourse dans son traineau navigant dans le ciel aux côtés de la Grande Ourse… Rêveur, il effeuille une marguerite… Le nœud rouge offert par la jeune amie s’envole et se transforme en papillon puis devient le mot FIN.
L’amour était au rendez-vous…

Avec Carrousel Boréal, Stanislas Staréwitch a réalisé un film pour enfants, dans l’esprit des films réalisés à la demande de Sonika Bo[4], après guerre, mais la délicate poésie et le charme exceptionnel de son animation étendent son intérêt sur un public bien plus large.

A lire :
– Ladislas Staréwitch, 1882-1965
Par Léona Béatrice et François Martin
Editions L’Harmattan, 2003.
Sur le web : http://Is.-pagesperso–orange.-fr

A voir, en ciné-concert :
(il ne s’agit pas de celui cité plus haut)
L’Univers animé de L. Staréwitch
Création 2008/2009 de l’Euphonium Quartet, ce ciné-concert composé de quatre courts de Ladislsas Staréwitch (Le Rat des villes et le Rat des champs, le Lion devenu vieux, Fétiche Mascotte et un inédit, La Reine des Papillons) vise à explorer le monde du réalisateur et de son voyage jusqu’en France par des jeux de musiques traditionnelles, atmosphères et autres astuces ludiques.

Contact : Marie-Catherine Henry, Euphoniumbigband
Tél : 02.35.08.20.29
www.euphoniumbigband.com

(M. G.  article paru dans Cinéscopie n°21, mars 2011)


[1] Ceux-ci avaient enlevé le son des films projetés pour le remplacer par leur propre bande son.

[2] Chromotrope : variation de la plaque de lanterne magique en rosace. Les images sur les plaques, fixes et mobiles, représentent des spirales ou des motifs en zigzag qui, lorsque tournés l’un contre l’autre, produisent des motifs de moirage ou d’interférence. A la projection, les effets sont fascinants.

[3]« Irène a de longs cheveux blonds. Voilà bien son malheur. Car le père d’Irène, Ladislas Staréwitch, les lui arrache un à un pour servir de ficelles invisibles aux poupées animées de leurs films ! » (Cinévogue, 21 avril 1948 – extrait cité par Léona Béatrice et François Martin dans « Ladislas Staréwitch 1882-1965 »).

[4]Sonika Bo a fondé un Club Cinématographique d’enfants, « Cendrillon », en 1933 dont le but est de s’adresser aux enfants de 6 à 12 ans. Dans cette perspective, elle créa une cinémathèque et elle suscita la création de nouveaux films destinés à son public. (dans « Ladislas Staréwitch 1882-1965 »).

 

Videosdefilms |
افلا... |
GHOST DIVX |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cyril mennegun
| film et serie en streaming
| ningyou kareha